Vous avez des yeux et vous ne voyez pas…

Le partage est disponible

« Vous avez des yeux et vous ne voyez pas ; vous avez des oreilles et vous n’entendez pas… ! »

Ces paroles plusieurs fois millénaires sont hélas toujours d’actualité : nos dirigeants qui sont à l’écoute des électeurs, qui savent tout et ont remède à tout pendant les campagnes électorales sont toujours brusquement atteints, une fois élus, de cécité, de surdité et d’amnésie qui persiste toute la mandature… 

Un pareil comportement est intolérable, car ces personnes qui se font élire pour assurer le bonheur et la prospérité du pays n’ont en fait pour seule préoccupation que leurs intérêts personnels, souvent associés à celui des groupes financiers qui commandent l’économie mondiale.

La cécité et la surdité volontaire des dirigeants sont des comportements suicidaires pour les peuples, et ceux qui les pratiquent devraient passer en haute cour ou être internés en psychiatrie. On peut remarquer depuis la « guerre du golfe » en 1990, un réveil sanglant de l’Islam, promu au départ par le mouvement des frères musulmans : au nom du « djihad », de la guerre sainte, les attentats terroristes se multiplient contre les populations innocentes ; et si à l’évidence tous les musulmans ne sont pas des terroristes, il n’en n’est pas moins évident que tous les acteurs et les promoteurs de ces attentats se revendiquent de l’Islam (pas plus tard que cette semaine !)

Depuis que des émules de Pandore, pour des raisons mercantiles dissimulées sous la défense des droits de l’Homme, ont fait tomber les régimes, autoritaires certes, mais qui seuls pouvaient canaliser la volonté hégémonique de l’Islam, la paix du monde est menacée. L’Islam a une conception de l’homme et de la société qui est radicalement différente de celle des occidentaux qui, « de culture chrétienne », respectent les valeurs intemporelles du Christianisme émanant des évangiles ; principes qui sont gravés sur nos monuments publics : la liberté, l’égalité, la fraternité et corollairement, le respect de l’autre .

Les orientaux ont une conception totalement différente de la société, et pensent que l’homme est un jouet dans la main divine : son destin a été fixé une fois pour toute et il ne peut y échapper, tout est « Maktùb », tout est écrit, disent les Arabes. Il faut se soumettre sans espoir à la volonté divine (L’Islam, c’est la soumission) « inch’ Allah », c’est la volonté de Dieu. Il faut comprendre que l’Islam, l’oumma est une identité qui se substitue à tout autre : le vrai musulman n’a pas de patrie, sa patrie, sa famille c’est le monde islamique, c’est l’Islam. Pour les musulmans, la Loi divine transmise oralement par son prophète Mohammed supplante toutes les lois humaines et la « Charia » s’impose à toutes les lois laïques.

La raison d’être de la « Takia » que veulent ignorer nos politiques est justement de laisser croire, quitte à mentir en niant l’évidence, que l’islam est adaptable à des gouvernances laïques, (mais seulement tant qu’il n’est pas en mesure de s’imposer par la force du nombre ou dans un second temps par la force du sabre, comme il l’a toujours fait… !)

Alors que dans le christianisme, l’Homme dispose toujours de son libre arbitre et reste seul maître de sa destinée, le musulman se laisse porter par son destin, il agit conformément à ce qu’il croit être la volonté de son dieu, et soumis « per ac cadaver » il obéit à ce que son imam lui ordonne, sans état d’âme. Au contraire, dans le monde chrétien, tout est basé sur l’amour transcendantal de Dieu : Il nous propose et n’ordonne pas. Il n’y a aucune référence à l’amour dans l’islam : la créature est un objet soumis qui ne peut faire autrement que se soumettre à la volonté divine.

De même que dans le coran on remarque la différence de ton entre les sourates pré et post égire, il faut remarquer que l’hégémonie de L’islam en Orient et au Maghreb ne date pas de Mohammed, mais qu’il n’a commencé à se développer qu’à partir des Omeyades : le gouverneur de Syrie, tardivement converti, prend le pouvoir après l’assassinat d’Uthman, troisième calife, et installe sa capitale à Damas en 661. Le Coran officiel, réécrit par Zayed ibn Thabit est proclamé incréé, écrit en arabe par Allah lui-même : les califes omeyades et leurs successeurs abbasides peuvent étendre, au nom de leur dieu, leurs conquêtes territoriales en imposant par la force la loi divine ; tout ce qui s’oppose à l’hégémonie de l’islam (et à ses adeptes) s’oppose à dieu et doit être soumis ou anéanti : aucun des pays où l’Islam est religion d’état ne tolère la liberté religieuse, pas plus que les autres libertés qui ne sont pas codifiées et acceptées par la loi coranique : tels l’Arabie saoudite, le Soudan, l’Afghanistan, le Pakistan…

C’est maintenant qu’il faut demander à tous ceux qui briguent un mandat, leur position face à la montée en puissance de l’Islam en terre Européenne, avec les conséquences inéluctables pour notre civilisation et pas seulement en paroles qui s’envolent, mais par un écrit opposable.

Que ne regardons nous les leçons du passé : Troie non seulement n’a pas écouté Cassandre, mais elle a ouvert ses portes en acceptant le présent des grecs…Qu’est devenue Troie ?

Michel ROGER – VPF Ile de France

Comments: 10

Laisser un commentaire