Qu’ils arrêtent tous enfin de nous « pomper l’air » !

Le partage est disponible

 

Dans ma naïveté première, je croyais que les libertés premières étaient de respirer et de penser librement ; aujourd’hui il me faut en rabattre violemment.

Durant le confinement, décrété pour soit-disant faire face à un virus aux origines douteuses, nous fûmes d’interdiction d’aller respirer l’air pur de nos forêts, de nos campagnes, de nos bords de mer, même munis d’un « auto-ausweis » individuel contenant un engagement sur l’honneur de sacrifier aux « gestes barrières ». Hier on nous a imposé, dans beaucoup de nos villes, la mascarade dégradante de se cacher le bas du visage en tant qu’exception à une loi interdisant « de cacher ou de couvrir complètement son visage dans un lieu public : voie publique et lieux ouverts au public ou affectés à un service public » ; ladite loi prévoyant d’ailleurs des sanctions pour cette infraction et celles-ci étant d’ailleurs plus lourdes « pour celui qui force une autre personne à masquer son visage ». Et ce pratiquement en tous lieux, sauf à l’intérieur des foyers individuels (mais pour combien de temps encore ?) avec à la rescousse : drones, radars, surveillance et dénonciations humanes, avec à la clé des amendes dressées par une police, elle aussi bien dressée.

Certain(e)s irresponsables politiques avaient même envisagé le port de ce cache orifices de respiration pour les sportifs en plein exercice mais ils (elles) ont du y renoncer (mais pour combien de temps encore ?). Aujourd’hui ce sont les enfants de plus de 11 ans et les adolescents qui doivent sacrifier à ce rite, je les plains vraiment ! Quant aux travailleurs en entreprises ils sont soumis également à ces mêmes contraintes avec quelques dérogations très temporaires et échelonnées pour leur permettre de reprendre leur souffle. Sans pouvoir rentrer dans la polémique de l’efficacité de ces masques et des conditions de mauvaise hygiène qu’ils peuvent engendrer. Rappelons-nous que « le souffle, c’est la vie ». Comme l’écrit une certaine Sophie Bartzcak : seule fonction inconsciente du corps accessible à notre contrôle, la respiration touche à toutes les dimensions de notre être. Antistress par excellence, elle permet aussi un véritable voyage intérieur. L’air que l’on respire et le souffle qui nous anime ont de tout temps interpellé les grandes civilisations. Déjà, le célèbre médecin Hippocrate considérait « l’air comme le plus puissant agent de tout et en tout ». En grec, pneuma désigne à la fois le vent, l’air, le souffle, la respiration mais aussi l’esprit, l’âme, la vie ou le cœur. 

Quant à l’affaire Obono contre Valeurs Actuelles « cette polémique illustre en réalité le niveau d’abêtissement et, plus grave encore, de dhimitude intellectuelle du monde politique français. Trémolos dans la voix, la main sur le cœur, Rassemblement national compris, tous les partis politiques ont en effet réagi par réflexe pavlovien et dans l’ignorance » bétonnée de la question. Au pays de Descartes, l’émotionnel semble donc avoir définitivement pris le pas sur la Raison… ».

Nous voilà obligés aujourd’hui de défendre bec et ongles les libertés d’opinion et de la presse face aux réactions tartuffiennes des francs-macs (Macron, Castex, Dupont-Moretti et les autres) qui tentent de les étouffer. Heureusement l’historien Bernard Lugan ose nous rappeler les terribles réalités de l’Histoire selon lesquelles des négriers noirs ont bel et bien vendu leurs frères à des négriers blancs, enrichissant ainsi une partie de l’Afrique au détriment de l’autre. Des évêques africains ont d’ailleurs mis en évidence cet ignoble trafic dans une déclaration commune : « Commençons donc par avouer notre part de responsabilité dans la vente et l’achat de l’homme noir… Nos pères ont pris part à l’histoire d’ignominie qu’a été celle de la traite et de l’esclavage noir. Ils ont été vendeurs dans l’ignoble traite atlantique et transsaharienne ». Quant à la traite des esclaves blancs en Afrique du nord (appelée à l’époque « Barbarie ») par les Ottomans musulmans, et qui concerna entre 1,3 millions et 2,5 millions de personnes, elle a été savamment occultée par les bonnes âmes de la religion des Droits de l’Homme !

Mais qu’on laisse enfin respirer librement nos corps, nos esprits et nos âmes et « priez Dieu que tous nous veuille absoudre ! ».

 

Patrick VERRO

Comments: 26

Laisser un commentaire