MAYDAY – MAYDAY – MAYDAY

Le partage est disponible

Après trois années catastrophiques pour le pays, où l’homme providentiel, « l’élu des dieux », le chef de file de ces incapables marcheurs vers l’abime, a largement fait étalage de son immaturité et de son orgueilleuse incompétence.

L’Emmanuel de notre histoire nous annonce qu’il va se « repenser »… ! Les présidentielles sont dans deux ans : il est trop tard pour changer de cap, d’autant que le remaniement ministériel n’est qu’un replâtrage d’urgence, une redistribution de cartes d’où n’ont été écartées que quelques figures par trop encombrantes par leur nullité. Bref ! comme d’habitude un coup de com, de la poudre jetée aux yeux des crédules.

En fait, il faut poser la question : Pour quelle raison un individu formé par le gauchiste avéré Attali, qui à été membre du parti socialiste, qui a été mis en selle par F. Hollande, président socialiste de triste mémoire, cherche-t-il à attirer à lui des personnes issues des partis de la droite parlementaire ? Il y a quelque chose de louche dans ce comportement… ! Car enfin ce changement de pions n’a pas de sens, ce sont des pièces qui manœuvrent et les principales restent sur l’échiquier.

Remplacer un porte parole qui portait si bien son nom par un jeune bafouilleur, ne rendra certainement pas plus compréhensible les messages de jupiterne ; l’ancien ministre des finances sera-t-il capable de soutenir envers et contre tous l’action de nos policiers ; un avocat qui accepte de défendre des terroristes, (c’est un cas de conscience mais peut être pas un devoir si l’on n’est pas commis d’office) sera-t-il le mieux placé pour rappeler à la justice que les intérêts de la victime prévalent sur ceux de l’agresseur ?

Quant-à la culture on peut s’interroger sur l’idée que peut en avoir une ancienne diplômée en pharmacie, plusieurs fois ministres, qui s’est reconvertie en animatrice de radio périphérique. Les transfuges seraient ils des transformistes, habiles et experts en retournement de veste, qui n’ont pour seule motivation que la quête de puissance pour assouvir leurs ambitions et leurs intérêts personnels ? Est-il possible que la classe politique soit à ce point pervertie pour que les valeurs, les idéaux et les projets marxistes, qui ont prouvés leur inhumanité et leur ineptie, puissent être adoptés impunément par des élus de droite et du centre ?

Je ne vois hors de cette triste éventualité, qu’une raison possible : la plupart de nos politiques sont incapables, fautes des connaissances nécessaires et d’avoir un métier, de s’insérer dans le tissus économique pour participer à l’élaboration des richesses. Ce sont des cigales qui ne savent que chanter, des parasites qui vivent de ce que produisent les autres, sans rien produire eux-mêmes. Les perroquets de services ont beau répéter à l’envie qu’il faut rassembler les Français, le seul rassemblement apparemment envisageable est la soumission aux idées dépassées, ou plutôt au manque d’idées et à l’opportunisme d’une gauche caviar ?

Les médias pervertis ou muselés par les groupes financiers ne sont plus capables de critiquer et ne transmettent plus que des informations édulcorées au goût des princes. Un président de TF1 ne disait-il pas que son rôle n’était pas d’apporter de la culture aux Français mais de les inciter à acheter des yaourts ou une marque de voiture…? Il est tout de même curieux, qu’a de très rares exceptions près, les élus de la droite et du centre se soient gardés de toutes critiques sur les incohérences, les mensonges, et les ratés qui sont autant de fautes de l’exécutif en place. Est-ce parce qu’ils espèrent être appelé par les dieux à partager leur repas et leur débauche ou parce qu’ils ont conscience de n’avoir rien à proposer faute de courage et d’imagination, à moins qu’ils n’aient eux même quelque cadavre caché dans un placard ou quelques grelots attachés à leurs basques. Dans tous ces cas ils sont inutiles et il faut leur retirer d’urgence leurs mandats.

 

Le mandat parlementaire sans garantie de son exécution pour les électeurs est une escroquerie : les programmes électoraux promettent toujours la lune mais la lune n’est jamais là … ! Seul un mandat exhaustif qui engage réellement la responsabilité de l’élu, ce qu’ils craignent comme la peste, assainirait la mouvance politique.

Cette fin de mandat me fait penser au naufrage du Titanic : les passagers de première classe sablent le champagne et font la fête pendant que le bateau coule….Les autres passagers eux se battent pour arriver à monter sur le pont et accéder au moins à une brassière de sauvetage, car les premières classes sont prioritaires aux canots !

 

Michel ROGER

VPF Ile de France

 

Comments: 20

Laisser un commentaire