Macron, le MEDEF et le Brexit

Le partage est disponible

LE MEDEF ET MACRON : NON A LA CONCURRENCE DELOYALE DU ROYAUME UNI, OUI A CELLE DE LA CHINE

Interrogé l’autre jour Par Elizabeth Martichou  sur LCI, Geoffroy Roux de Baizieux a repris à son compte l’antienne de Macron à propos du Brexit : il ne faut pas que le Royaume Uni devienne une zone de concurrence déloyale à nos portes. A présent que la perfide Albion a pris le large avec le reste du continent, on craint, à Bruxelles et à Paris, que Johnson n’en fasse un vaste paradis fiscal qui aspire à lui les sièges sociaux et industries des autres pays.

Comment peut-on se moquer du monde à ce point ? Le Medef, comme Macron, qui jamais ne s’inquiètent de la concurrence déloyale de la Chine, ni de l’écologie et des normes sociales et environnementales de ce pays qui pèse tant sur la planète entière, encore moins des normes sanitaires – on voit où cela nous conduit – tremblent devant le Royaume Uni libéré de Bruxelles.

Tout ce qu’ils refusent au Royaume Uni, ils l’acceptent sans jamais broncher de la Chine. Quelles que soient les options économiques choisies par une Grande Bretagne désormais souveraine, gageons pourtant que ce n’est pas dans ce pays que se déclencheront des épidémies de portée mondiale, dues à un état sanitaire déplorable… Ni que l’on trouvera des salariés payés 1 euros de l’heure, condamnés à vivre dans le dortoir de leur usine et à subir bruits, odeurs, émanations toxiques, cadences infernales… Ce n’est pas non plus en Grande Bretagne que les passants devront déambuler avec un masque, pour se protéger de la pollution de l’air.

Si ces deux là, et bien d’autres européistes, s’inquiètent, c’est surtout de voir le Royaume Uni décoller, s’en sortir mieux que les autres. Et ainsi démontrer « in vivo » à tous les peuples que l’Union Européenne est un corset étouffant pour tous nos pays…

Alors, les eurocrates commencent déjà à imposer leur ritournelle, avant même que la vérité n’éclate : si le Royaume Uni s’en tire bien, c’est parce qu’il triche… Apprêtez-vous à entendre cette petite musique du matin au soir sur toutes les antennes, dans quelques mois, quand il sera évident que ce pays ne connaitra pas l’effondrement annoncé, et même retrouvera un nouvel élan.

Olivier PIACENTINI – Volontaire d’honneur

Comments: 7

Laisser un commentaire