Les fausses valeurs (2)

Le partage est disponible

Les vertus civiques et les valeurs ancestrales s’enracinent dans notre identité européenne et permettent seules à une communauté d’exister et de se projeter dans l’avenir. Nous avons besoin de retrouver les vertus de nos ancêtres, notamment, le courage de défendre notre civilisation, notre peuple et notre territoire, y compris physique, la volonté de surmonter les obstacles à la survie de notre civilisation, au lieu de la lâche résignation à l’inacceptable, le dévouement à la chose publique, de préférence pour l’intérêt général et non pour les intérêts particuliers, pour l’engagement du citoyen dans la vie de sa cité, au lieu de s’en remettre en tout à l’Etat, la préférence charitable pour notre prochain dans le malheur et dans le besoin, la préférence pour nos concitoyens et non la préférence pour les Autres, la tempérance au lieu de s’abandonner au consumérisme compulsif, la foi dans l’avenir de notre civilisation, la fidélité à nos ancêtres et à leurs sacrifices et non la repentance perpétuelle et manipulée, le sens de l’honneur et le respect de la parole donnée, le sens de la liberté, non comme une autorisation de licence, mais comme maîtrise de soi et de son destin, la préférence pour la Vérité alors que le Système est bâti sur le mensonge.

Nous avons besoin de réhabiliter les valeurs éternelles qui résultent d’un long cheminement historique. Les valeurs de la Grèce antique qui mettent la civilisation au service de l’homme, permettent de réaliser des progrès véritables. Les valeurs issues de la Rome antique avec trois legs essentiels : l’Etat, le droit, la culture, Les valeurs spirituelles issues du christianisme : souci et soif de justice, de liberté, impératif de charité, primauté de la foi sur la chair et sur l’intelligence, proclamation d’égalité et non d’égalitarisme, supériorité donnée à la confiance, au sentiment sur les prescriptions rituelles, exaltation de la fraternité humaine, ébauche de la laïcité avec le « rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu », humanisme chrétien au service de l’homme.

Les valeurs médiévales contribuent à l’élaboration de notre civilisation avec des sentiments inédits : respect obscur des notables,  sens de l’honneur, fidélité à la parole donnée,  valeur du serment, respect de la femme, vestige de l’idéal courtois, des légendes qui symbolisent des idées simples et fortes : recherche inquiète d’un idéal inaccessible, la quête du Graal,       drame de l’amour fatal supérieur à la mort, comme dans Tristan et Yseut, mythe de la trahison, exaltation de la valeur guerrière et de l’amitié virile, comme dans la Chanson de Roland. Les valeurs humanistes fruits de 2000 ans d’histoire.    

Mais aussi l’importance de la raison humaine, de l’esprit d’examen, de l’esprit critique, promotion de l’Homme, dignité de l’Homme, élaboration d’une éthique à la fois individuelle et sociale, droits naturels fondamentaux établis sur la raison : droit à la Liberté, à la Propriété. Recherche de l’intérêt général, primauté de la loi sur le décret, instruction dans une école qui favorise la promotion sociale, laïcité, distinction du théologique et du politique, liberté, patriotisme, attachement des citoyens à la chose publique, le partage équitable du pouvoir, et la participation du peuple à ce pouvoir,  la souveraineté du peuple, la séparation des pouvoirs.   Et une métaphysique basée sur le dualisme de l’Etre, c’est à dire un Etre créateur et        transcendant, Dieu, et un Etre créé, la Nature, nettement séparés. D’où le refus de la magie, de la sorcellerie, du sacrificiel.

Mai 68 et les cinquante années suivantes balaient ce système de valeurs fondé sur le respect et la dignité de l’Homme. Des idéologues antirépublicains, antidémocrates et anticléricaux imposent leur système de « valeurs » ou de fausses valeurs fondées sur la libération de l’homme, l’élimination de tous les tabous. Les valeurs de mesure, de modération basculent dans le Tout : Tout permis qui mène à la permissivité, à la transgression, à la délinquance, à l’indifférence. Tout culturel qui conduit à la déculturation, à la vulgarité, à la médiocrité, à l’anticulture. Tout sexuel qui banalise, qui aseptise et déprécie l’amour, qui permet toutes les déviances, qui produit des dérives dont les enfants et les femmes sont les victimes. Tout individuel et tout plaisir facteurs d’irrespect et d’égoïsme. Tout prétendument démocratique qui permet aux minorités de tyranniser la société. Tout politique synonyme de froideur, de manque de cœur et de sentiment. Tout socialo-construit, qui détruit l’ordre naturel. Le nihilisme, le déni de réalité, l’idéologie du Tout deviennent un conformisme bourgeois et un ordre moral transfigurant les idées de Liberté, d’Egalité, de Bien, de Beau, de Vrai, de Juste.

Les « valeurs » ont la tromperie facile car elles ne sont qu’une rhétorique, un élément de langage. Les politiciens se parent facilement des « valeurs », de fausses valeurs car ils ont ringardisé les vraies valeurs. Ainsi, la Démocratie, la séparation des pouvoirs, la souveraineté nationale, la laïcité, la liberté d’expression, l’instruction, l’Humanisme, sont défigurés. L’humanisme contemporain n’a plus rien à voir avec l’humanisme chrétien. C’est l’Humanisme de la Renaissance, un Humanisme kabbalistique et anti-occidental, un Humanisme qui considère l’homme comme un Homme-dieu.

La métaphysique est basée sur le monisme de l’Etre, c’est à dire, l’Etre créateur et l’Etre créé,  fusionnent et se confondent, l’Etre créateur, dieu, et l’Etre créé, l’Univers, le Cosmos. D’où le retour de la magie, de la sorcellerie, du sacrificiel. D’où une explosion de violence. Les vertus se démontrent par des actes car elles incarnent des principes de vie, et non par des belles paroles, par des beaux discours.

L’avenir de l’Europe, de la France ne réside pas dans les mensonges mortels qu’on veut nous imposer. L’avenir de l’Europe, de la France réside dans nos anciennes valeurs, en dormition, bafouées, moquées, méprisées par des qualificatifs injurieux: moisies, rancies. Les vertus gauloises, les vertus franques et scandinaves, les vertus gréco-romaines, les vertus chrétiennes, les vertus humanistes ont bâti notre civilisation et lui ont permis de rayonner. Les fausses valeurs gaucho-soixante-huitardes, les prétentions mondialistes, détruisent la civilisation et rabaissent l’homme, asservissent l’homme. Le mot valeur du latin classique valor est utilisé dès le 12ème siècle pour désigner le mérite ou les qualités.

 Jean SAUNIER

VPF Franche Comté

Comments: 6

Laisser un commentaire