Les conséquences de Mai 68

Le partage est disponible

Dès Mai 68, le tiers-mondisme, l’antiracisme, le féminisme, l’écologie, ont été conçus dans l’optique de détruire la culture, car la destruction de la culture est un préalable au retour à l’état de nature d’avant le péché originel, l’Eden primitif.

L’état d’esprit de Mai 68 triomphe: appréhension cynique de la société, triomphe de l’individu, consumérisme, refus de l’enracinement, culpabilisation de la France et des Français, repentance.

Le rêve soixante-huitard quête la satisfaction des plaisirs, brigue la transformation du genre humain et normalise des pratiques relevant du sexe et de la mort. On nous prépare l’avènement  d’une humanité supérieure inimaginable autrefois. Les droits de l’homme devenus droits naturels, puis droits trans humains, permettent la réalité de tous les possibles.  La procréation est séparée de la sexualité, vouée à se passer in vitro. Les enfants à naître sont améliorés grâce à la thérapie cellulaire ou génétique. La faculté de procréer devient indépendante de l’âge par la légalisation de l’auto conservation des gamètes. L’extension du diagnostic prénatal encourage l’eugénisme.

L’exploitation génétique des embryons humains est libéralisée. La généralisation de l’avortement entraîne une dénatalité et un sacrifice  des masses voulus et programmés. On substitue la volonté à la biologie comme fondement de la filiation. La vision prométhéenne de l’humanité, le dessein de dominer la vie, la chimie, la technique, la culture de mort, le développement de la contraception, l’industrie de la reproduction, la promotion des mères porteuses, doivent conduire à améliorer la race humaine, à créer des hommes supérieurs, rois de l’Univers, à l’égal des dieux.

Ce monde virtuel dénué de vertus se conçoit à partir du désir, jusqu’à l’écœurement.

Grâce à la victoire du culturel, les gauchistes opèrent un renversement de l’ordre classique. L’inversion des valeurs, la déconstruction, la sexualité, la libération sexuelle, les déviances deviennent des thèmes prioritaires. Les comportements marginaux, objets de la plus grande attention, se répandent nécessairement, et deviennent des modèles. Le refus des règles conduit à l’effondrement de toutes les structures d’autorité. A la négation des identités, nationale, sexuelle, raciale, religieuse chrétienne, linguistique, familiale, on substitue des identités de genre, d’où de nouvelles structures familiales.

Les idéologues éprouvent une haine du réel: la civilisation occidentale chrétienne, le passé, les repères, les générations précédentes, les pères, les traditions, sont éradiqués sournoisement.

Mai 68 s’emploie à éliminer toutes les conditions d’une vie respectable: la tradition sacrée, la continuité temporelle, la vérité métaphysique, l’affirmation de l’identité, sans lesquelles il est impossible de vivre dignement. La défiance à l’égard du peuple devient systématique, au profit de masses perçues comme révolutionnaires: les minorités ethniques et les minorités sexuelles.

Le gauchisme, roue de secours du communisme, solidaire du capitalisme dans la destruction de  la société et de la nation, soutient les projets de la finance apatride, immigration de masse qui désintègre et ruine la France, promotion de l’Islam et du droit islamique, sources de violences. Le renversement démographique, la décomposition sociologique, le multiculturalisme, le démantèlement de l’économie et la soumission par la dette contribuent également à la dévastation de la France.

La désintégration de l’école et de la famille fait le malheur des enfants issus du peuple, et produit l’explosion de la délinquance, l’affaissement du niveau scolaire, la féminisation de la société, l’indifférenciation des sexes. Le gaucho mondialiste, libéral libertaire, considère l’homme, la femme, l’enfant, comme des objets de plaisir.

La politique sociétale, anticléricale, sans freins et sans limites, concourt à la dissolution religieuse. Mai 68 est un épisode de la guerre anti-chrétienne, une suite de la gnose, de la Kabbale, de la Renaissance, de la Révolution dite française.

Mai 68 est le point de départ de notre monde post-moderne, avec son atmosphère. Cacophonique et vide, avec sa contre-culture devenue marché de masse, avec le triomphe de l’ordre marchand. Le matérialisme de gauche a muté dans l’ordre marchand qui est en train de marchandiser notre société, les corps, les esprits et le divertissement. La philosophie soixante-huitarde contribue à la démolition de la pensée et du mode de vie. Elle privilégie la croyance en un progrès illimité. Elle affirme la victoire de l’immoralité, de l’anormalité, du Tout permis. Elle soutient la consécration du Mal et la profanation du  Bien, le viol des interdits. Elle valorise la loi de la jungle, c’est à dire la loi du plus fort, la loi de l’argent. Elle priorise le relativisme et le nihilisme. Elle prône une religion cosmique où le Créateur et l’Univers ne font qu’Un, où le temps est cyclique.

L’apogée du capitalisme financier va de pair avec la fin de la croissance, avec la remise en cause des acquis sociaux, avec l’augmentation de la pauvreté, et l’explosion des inégalités.

Les piliers de la vie sociale sont ébranlés. Il en résulte une vision à la baisse de la personne humaine, une destruction de la famille traditionnelle.

Les intellectuels gauchistes créent un véritable empire médiatique. Le tout culturel et la culture de la fête se substituent à la CULTURE. La littérature est gauchiste, l’art est gauchiste, le cinéma est gauchiste, la chanson est gauchiste, l’information est gauchiste, le sport est instrumentalisé.

Le processus de dégradation de l’Université s’accentue et le déficit culturel se creuse. Socialisme et ultra libéralisme, sont apparemment antagonistes, mais en réalité les deux mâchoires d’une même tenaille. Un monde matriciel, sournoisement totalitaire, se met en place sous nos yeux, de même nature que le marxisme-léninisme, de même nature que le nazisme, et de finalité identique, le conditionnement des masses, la fabrication d’un homme nouveau. Socialisme et ultra libéralisme détruisent les libertés, pillent les ressources de la planète. Socialisme et Islam achèvent de faire table rase du passé de l’Occident chrétien.

Les Français et les Européens n’ont pas compris qu’ils ont changé de maîtres. La Révolution mondiale s’accomplit devant nous, c’est à dire la naissance d’un ordre mondial tyrannique, la servitude et la mise en esclavage de l’humanité. Dans cet esprit, les critères moraux sont subjectifs, et le lien social se dissout. D’où la nécessité de renouer avec un code de valeurs commun.

A cet égard, les valeurs fondées par le christianisme ont vocation universelle: le respect d’autrui, la dignité de la personne, l’égalité entre l’homme et la femme, la solidarité envers les faibles, le sens du pardon.

D’où la nécessité de renouveler les principes suivants :

Un homme libre et responsable, la responsabilité étant une limite à la liberté.

Une société qui articule des obligations et des libertés, et une civilisation pour maintenir cette société.

Une force d’action, une force de gouverner.

La démocratie directe, c’est à dire la possibilité offerte au peuple de se prononcer sur toutes les grandes questions sociales, sociétales, culturelles.

Un rappel qui éclaire le revirement, l’hypocrisie, l’opportunisme, des acteurs de Mai 68, des fils et des filles de la bourgeoisie, gâtés et privilégiés, pervertis par l’idéologie marcusienne. A l’époque, ils étaient gauchistes marxistes-léninistes, ou trotskistes, ou maoïstes. Tous dénonçaient la traite des travailleurs, la dictature des marchés, la libre circulation des capitaux. Pendant cinquante ans, ils ont contribué à mettre en place la traite des travailleurs, la dictature des marchés, la libre circulation des capitaux. Ils ont passé leur vie à s’enrichir sur l’inversion de leur prétendu idéal, aux dépens du peuple. Ils ont tout simplement retourné complètement leur idéologie, mais ont conservé les méthodes totalitaires de cette idéologie.

Ce n’est pas étonnant, car en fait, il y a quatre gauches nées de 1789: le libéralisme, le socialisme, le marxisme, et le gauchisme. Et tous les membres de ces mouvements se retrouvent au sein d’une bourgeoisie prédatrice, suffisante, arrogante, et jouisseuse.

 

Jean SAUNIER – VPF Franche Comté

Comments: 24

Laisser un commentaire