Le sens de mon engagement

Le partage est disponible

Une campagne de presse insidieuse cherche aujourd’hui à travestir le sens de l’engagement de citoyens majeurs et responsables au service des Volontaires pour la France. Un site d’information sur Internet particulièrement servile et délateur, Mediapart, tente ainsi avec l’aide d’officines de la république d’écrire depuis quelques mois un scénario en lieu et place des Volontaires Pour la France. L’objectif, transparent, est, au-delà du contre-feu organisé pour faire oublier à l’opinion publique les dérapages et coups tordus de la république inaltérable macronienne, de détruire les Volontaires pour la France en instrumentalisant les forces de Police et la Justice afin de procéder à la neutralisation de ses dirigeants. En résumé, Mediapart en tête, affabule à la fois sur les origines des VPF, groupuscule d’ultra-droite fondé selon eux à la suite des attentats islamistes de  2015 et 2016, et sur son objectif final qui serait de faire la guerre à l’Islam en France et venger les victimes du terrorisme islamique.

Face à cette désinformation extrêmement malintentionnée et pernicieuse, d’une perversité dont on ne mesure probablement pas encore toute l’étendue, il m’est apparu  important en tant que l’un des membres fondateurs des Volontaires Pour la France  de rappeler les raisons qui ont présidées à mon engagement patriote au service des VPF.

Et tout d’abord affirmer bien fort que les principaux attentats de 2015 et 2016, aussi tristes soit-ils, ne sont pour rien dans mon engagement au service des Volontaires Pour la France. Instruit par la profondeur du champ historique, force est d’admettre que ces attentats et leurs quelques centaines de victimes ne sauraient venir à bout d’un pays, la France, qui pour ne donner que cet exemple, perdit durant la première guerre mondiale, 1 700 000 de personnes et déplora plus de 4 000 000  de blessés militaires. Aussi ces quelques attentats sont pour les véritables patriotes choses de peu de signification voir insignifiantes comme a pu l’être le mouvement « Je suis Charlie » où comme le serait une quelconque action de vengeance aussi stupide qu’inadaptée et surtout à ce jour entièrement virtuelle. Au regard des dégâts inimaginables et considérables occasionnés par les troupes militaires occidentales en Lybie, en Irak ou encore en Syrie contre les mouvements armés islamistes révolutionnaires, ce type d’action serait parfaitement risible. Nos militaires, en la matière, sont peut-être les représentants de l’une des dernières grandes institutions à faire encore correctement son  travail.

Mon engagement véritable, à mille lieux de la misérable propagande du média de Monsieur Plenel, tire son origine du constat du terrible isolement dans lequel sont confinés les patriotes. Du patriotisme dans les médias aujourd’hui, il ne reste aucune trace ou seulement dans les déchaînements de violences urbaines qui ont suivies la victoire de la France à la dernière coupe du monde de Football en Russie : Scènes de pillage, violences faites aux femmes, exactions en tout genre par la racaille habituelle. Comme le souligne le slogan des VPF, il faut « Rompre l’isolement », un isolement entretenu par l’ensemble des grands médias qui font croire aux véritables patriotes qu’ils sont seuls. La première vocation des VPF est de permettre aux patriotes de se rencontrer et déjà tout simplement, autour d’un livre dans un comité de lecture ou à l’occasion d’un simple barbecue, lors d’une randonnée pédestre ou d’un stage pour se protéger contre le piratage informatique ou contre les  agressions et cela toujours dans le cadre de la loi en vigueur. Recréer du lien, refaire nation, à une époque où aucune fête patriotique ne tient encore debout, entre la privatisation par les grandes institutions de la fête nationale du 14 juillet et la dispersion en mai des fêtes de Jeanne d’Arc entre plusieurs mouvements isolés et concurrents. Rompre l’isolement entre patriotes, c’est aussi une façon de constater que nous ne sommes pas seul à considérer qu’Omar Sy n’est pas nécessairement notre personnalité française préférée (Comme le prétendent des instituts de sondage propriétés des mêmes grands groupes industriels et financiers que nos principaux médias), qu’Emmanuel Macron n’est pas un président de la République digne de ce nom lorsqu’il se laisse aller à traiter les patriotes de lépreux, à dénoncer les pseudos crimes contre l’Humanité dont serait responsable le pays qu’il est sensé représenter, à nier une quelconque spécificité culturelle française. Rompre l’isolement, c’est aussi partager cette même inquiétude face à une démographie française qui s’effondre faute de perspectives d’avenir, se désoler que chaque année en France quittent le territoire nos 200 000 meilleurs jeunes diplômés tandis qu’arrive un nombre au moins équivalent d’immigrants légaux que leur pays d’origine ne retiennent même pas. Quelle chance pour la France ! Rompre l’isolement, c’est enfin mesurer le danger mortel de l’apprentissage à nos enfants, dès l’école, de la haine de soi et de la haine de la France, orchestré par nos principales institutions. C’est  à cette aune que doit être mesuré le danger résiduel que la menace terroriste fait courir à notre pays et à l’esprit patriotique.

Il est par ailleurs absolument faux de présenter les VPF comme un groupuscule d’ultra-droite pour la simple et bonne raison qu’il n’y a aucune raison d’appliquer le clivage politique droite-gauche à une organisation qui refuse tout engagement électoral. Voici qui peut paraître curieux dans un monde ou l’argent est la seule et dernière valeur de référence, mais les VPF n’ont pas vocation à faire élire leurs membres pour profiter ensuite des financements publics et des dividendes de l’influence. Faut-il rappeler que  tous les partis politiques de grande dimension sont, sans exceptions,  visés par des enquêtes judiciaires pour escroquerie aggravée en bande organisée ? Hé bien non ! Les VPF veulent promouvoir l’entraide entre les patriotes, c’est à dire une activité gratuite, non rémunératrice, ce qui est probablement, convenons en, le scandale absolu pour notre monde voué à la finance et aux flux monétaires.  De là probablement la suspicion malsaine dont nous sommes aujourd’hui les victimes. Et pourtant, qui  pourrait assurer sans risque de se tromper que nos sociétés en grand délitement ne finiront pas  par laisser, totalement livrés à eux même, leurs membres comme c’est d’ailleurs déjà le cas dans de plus en plus de zones de non-droits en France actuellement ? Promouvoir l’entraide plutôt que de laisser seul les français face aux marchés financiers, à la mondialisation sauvage et sans frontière et aux grands organes de propagande, voilà bien le crime dont on nous accuse !

Enfin, sous-entendre que les Volontaires pour la France cherchent à attiser l’islamophobie est à mes yeux d’une profonde absurdité. Notre combat patriote est selon moi d’essence spirituelle. Il rappelle non seulement les racines chrétiennes de la France et de l’Europe mais plus encore la vocation de notre pays à être demain le cœur, le centre d’un nouveau foyer de diffusion d’une véritable foi chrétienne au travers le monde. Aussi n’avons-nous rien à craindre des musulmans dont notre exigence de chrétien est de les amener à la conversion. Crime odieux assurément pour certains mais qui n’est pas, à ce que je sache, pénalement répréhensible. Bien au contraire, notre victoire conduira ce monde vers plus de paix et de concorde universelle, vers moins de violence et de haine, la religion chrétienne étant bien cette religion d’amour annoncée par les prophètes et les écritures jusqu’à Jésus Christ.

Nicolas STOQUER  Membre fondateur des Volontaires pour la France

Comments: 17

Laisser un commentaire