Le grand clivage culturel français

Le partage est disponible

Beaucoup de Français, et moi le premier, ont été nourris au lait des idéaux à la fois de la religion catholique et de la philosophie des « Lumières », sur les fondements de pensées judéo-gréco-romaines. Cela a formé une ossature morale qui va du « aimez-vous les uns les autres » au « rendez à césar ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu » en passant par l’amour de la connaissance, la démocratie et la laïcité.

C’est ainsi que pendant les « trente glorieuses » : les libertés d’opinion et d’expression étaient plutôt la règle dans les limites de l’insulte, de l’injure, de la diffamation ou de l’incitation au crime sans qu’il n’y eût besoin de lois pour encadrer plus avant l’exercice de ces libertés. C’est ainsi que pratiquement les seuls critères de choix relationnels étaient les affinités humaines et le sens de la solidarité altruiste.

C’est ainsi que le fait de s’occuper de harkis gommait totalement l’appartenance musulmane ou les exploits créatifs musicaux des noirs effaçaient totalement leur couleur de peau sans que l’on aille plus avant se préoccuper de leur passé ethnique.

Cette apparente relative harmonie a commencé à se dégrader quand toutes sortes d’associations subventionnées, de type SOS racisme, ont commencé à vouloir activer les passions jusqu’à promouvoir le mal-être de différentes communautés (femmes, noirs, juifs, musulmans, migrants) jusqu’à en faire leur gagne-pain ! Le « vivre-ensemble a ainsi été de plus en plus difficile à être maintenu dans de bonnes conditions, mais aujourd’hui cet idéal est devenu impossible à réaliser ; on peut même dire qu’une véritable fracture culturelle est en train de se réaliser sous les coups de boutoir de mouvances à caractère politique qui exploitent sans vergogne pour des motifs électoraux, en les attisant, les haines et les ressentiments contre la France (et certains Français « trop blancs bcbg » pour eux) de certaines catégories qui ne veulent pas s’intégrer ou pire entendent provoquer des formes de séparatisme de toutes natures.

En réalité ces « collabos » agissent comme de véritable traitres à la Nation ; et pour illustrer ces propos il n’y a qu’à se référer du plus haut niveau avec des allégations du type « la colonisation est un crime contre l’Humanité » au plus bas avec ces pancartes ou ces chants incitant à des « mises à mort » en passant par les intermédiaires qui plient le genou publiquement en signe de repentance collective et invitent à détruire les statues des grands hommes qui ont fait notre Histoire !

Claude Lévi-Strauss avait classé les « cultures selon qu’elles sont stationnaires ou cumulatives » ; serait cumulative toute culture allant dans le même sens que la nôtre, tandis que les autres seraient considérées comme stationnaires « non pas nécessairement parce qu’elles le sont, mais parce que leur ligne de développement ne signifie rien pour nous, n’est pas mesurable dans les termes du système de référence que nous utilisons ».

Le conflit, qui était jusqu’à présent larvé entre les fausses élites et leurs affidés qui entretenaient hypocritement cette opposition frontale entre le christianisme et des idéaux obscurantistes, en réalité, est maintenant ouvertement déclaré puisque chacun aura pu prendre conscience qu’en fait, il s’agissait pour eux de s’opposer aux idéaux universalistes, laïques et démocratiques jusqu’à la déconstruction totale de notre patrie…

Dans ces conditions le slogan du « vivre ensemble » doit être suspendu jusqu’au rétablissement de relations apaisées par un consentement mutuel retrouvé.

 

Patrick VERRO

VPF Ile de France

Comments: 40

Laisser un commentaire