France cherche président désespérément

Le partage est disponible

La France n’a pas de président. Elle est sous tutelle d’un personnage à l’égo surdimensionné qui se rêvait sans doute à la tête d’un état puissant capable de lui donner les moyens d’entrainer la planète dans sa mégalomanie jupitérienne. La France c’est trop petit, trop étriqué, trop égoïste, trop franchouillard, pas vraiment digne de lui. La France ce n’est pas son souci prioritaire. Il lui faut les grands espaces, l’Europe, c’est un minimum, la planète c’est mieux. Il veut en façonner l’humanité et même le climat, et si pour cela il lui faut trahir la nation qui l’a élu tant pis ; c’est pour la bonne cause.

En dehors du domaine économique, dans toutes ses fibres c’est un homme de gauche. Le réel n’a pas de prise sur lui. Au nom des droits de l’homme il méprise les droits du citoyen. Au nom de l’Europe il méprise la nation, au nom de la fraternité universelle il méprise les Français. Il a un comportement semblable à celui de l’église catholique et de son chef actuel, tellement attentive aux autres qu’elle en oublie les siens, quitte à faire le jeu de l’Islam, le pire prédateur qu’elle ait affronté dans l’histoire humaine.

Comment peut-il s’émouvoir de la profanation du tombeau du soldat inconnu alors qu’il a lui-même publiquement accusé son propre pays de barbarie et de crime contre l’humanité et qu’il vomit son histoire ? L’exemple vient d’en haut.

Avec lui c’est portes ouvertes à l’immigration africaine et musulmane. Le jour même où, au détour d’une phrase de son intervention « mea culpa » adressée aux « gilets jaunes, il admet qu’il va falloir parler d’immigration, il envoie un secrétaire d’état à Marrakech signer le désastreux pacte onusien, désigné « Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières » dont l’intitulé est à lui seul un aveu. Pas de débat à l’assemblée nationale à cette occasion, alors qu’il y a quelques jours on y a sérieusement discuté de l’opportunité de mettre la fessée hors la loi. On nous dit que cet accord est non contraignant. Ce qui est faux bien entendu. Quand on connait l’enthousiasme avec lequel nous appliquons, quelque fois avec emphase, toutes les directives venant d’ailleurs, il y a tout à craindre. Un accord est toujours contraignant sinon à quoi servirait-il ? Ce qui doit être d’abord considéré est l’intérêt national qui là est oublié une fois de plus. Cet accord, de 41 pages, est un fouillis, décourageant la lecture, d’engagements innombrables consentis par les signataires, dont le moindre n’est pas celui qui concerne l’information. On y lit que les signataires s’engagent à «promouvoir une information indépendante, objective et de qualité, y compris sur Internet, notamment en sensibilisant les professionnels des médias aux questions de migration et à la terminologie afférente, en instituant des normes déontologiques pour le journalisme et la publicité et en cessant d’allouer des fonds publics ou d’apporter un soutien matériel aux médias qui propagent systématiquement l’intolérance, la xénophobie, le racisme et les autres formes de discrimination envers les migrants, dans le plein respect de la liberté de la presse ». Les derniers mots, « dans le plein respect de la liberté de la presse » (admirons la pirouette !) ne rassurent pas sur le sens qu’il faut donner à ce qui précède, et qui est dans le droit fil des tentations présidentielles de légiférer sur les « fake news », corsetant ainsi encore davantage la liberté d’expression déjà bien à mal dans notre pays depuis les lois Perben, Gayssot et Pleven.

Le délire est partout.

On inflige aux Français de lourdes taxes dans le dessein insensé de sauver la planète alors qu’aucun des plus gros pollueurs du monde n’a la moindre taxe carbone.Macron, qui nie l’existence d’une culture française, vient de présider à Erevan un sommet de la francophonie dont il fixe le centre de gravité au Gabon et qui désigne une anglophone rwandaise comme présidente.

Petit papa Noël, s’il te plait, apporte  nous un président français ; un clone français de Trump, Poutine, Orban, Salvini par exemple.

 

Général Roland DUBOIS – VPF Ile de France

Comments: 85

  • […] Volontaires de France 13 Dec. 2018 GÉNÉRAL ROLAND DUBOIS: France does not have a president. She is under the tutelage of a character with an oversized ego who dreamed no doubt at the head of a powerful state capable of giving him the means to drag the planet into his Jupiterian megalomania. France is too small, too narrow, too selfish, too blunt, not really worthy of him. France is not his priority concern. It needs the big spaces, Europe is a minimum, the planet is better. He wants to shape humanity and even the climate, and if for that he must betray the nation that elected him: It’s for a good cause. […]

  • Leave a comment