Escroquerie de haut vol.

Le partage est disponible

Au début du siècle dernier l’escroc international Victor Lustig avait vendu la Tour Eiffel à un ferrailleur ; Jupiterne jaloux de sa performance a voulu le battre et son choix s’est porté sur EDF. Cette entreprise intégrée dans l’état et déjà partiellement privatisée détient le monopole de la production d’énergie nucléaire. Cette filière de production d’électricité a été entièrement réalisée avec des fonds publics provenant de nos impôts et taxes. Elle produit de l’électricité à bas coût, stable, de manière pérenne avec des capacités de réaction rapides en cas de pic de demande et les capacités de son parc nucléaire assure la sécurité énergétique de l’Europe de l’Ouest. On a pu critiquer des opacités sur le coût réel de l’énergie produite, mais le fait est là : EDF fonctionne de manière fiable et produit une électricité à un coût relativement bas.

Mais les libéraux européens s’en sont mêlés : ce monopole est un scandale et même si ce monopole présente un intérêt pour les consommateurs en produisant à prix acceptables il faut lui opposer une concurrence ; EDF à du céder à prix coutant le quart de sa production à une concurrence privée, créée de toute pièce pour l’occasion. Dès sa création, cette concurrence est essentiellement constituée de sociétés financières : des courtiers qui ne produisent pas. La loi sur la « transition énergétique » laissait jusqu’en 2025 aux fournisseurs alternatifs pour construire leur propre équipement de production, éolien ou solaire, car aucun de ces acteurs n’a les capacités ni financières ni techniques pour se lancer dans le nucléaire. Leur coût de production est très loin de celui d’EDF et peut atteindre jusqu’à 480€ /MWh contre 42€ !

Le but de la confiscation d’une part déjà importante de la production d’EDF est d’assurer une rente aux distributeurs alternatifs en leur assurant non seulement un prix d’approvisionnement bas et constant, tout en leur accordant la liberté du prix de revente aux consommateurs. Mais cela ne suffisait pas… La Commission de Régulation de l’Énergie entend à présent interdire à EDF d’avoir accès à sa propre production : il souhaite que l’entreprise soit a nouveau « nationalisée » à 100% .

L’état assurerait la construction et la maintenance de l’outil de production avec les fonds publics, nos impôts, et revendrait à « prix coutant » l’électricité à des revendeurs privés libres de leurs prix de revente aux consommateurs…. ! EDF devant aligner ses prix de vente sur ceux de la concurrence pour ne pas la pénaliser !…Et cerise sur le gâteau ces fournisseurs alternatifs n’ont plus l’obligation d’assurer la sécurité énergétique.

Ne nous y trompons pas le but n’est pas de faire baisser les coûts pour le consommateur par le jeu de la concurrence, c’est tout le contraire, derrière ces nouveaux fournisseurs se cachent des groupes financiers qui ont flairé, s’ils ne l’ont pas organisé, l’affaire juteuse. Selon les projections de la CRE, cette manipulation va alourdir la facture de l’électricité de manière importante : de 0.6 à 1 milliard d’Euros pour les ménages, plus d’un milliard pour les entreprises ( les allègements de charges accordés par l’état, vont être récupérés par des groupes financiers privés)

On constate que le dit CRE n’est en fait qu’une courroie de transmission de la volonté de « libéralisation » du gouvernement animé par un certain « Emmanuel ». L’homme du mondialisme livre ouvertement le patrimoine industriel de notre pays au pillage des grands groupes financiers, la liste est déjà longue : Alsthom, Airbus, aérodromes, club med… Il est temps de se rendre compte que ces gens par leurs actions compromettent l’avenir de notre nation et de nos propres enfants : Jusqu’à quand ?

Michel ROGER

VPF Ile de France

Comments: 12

Laisser un commentaire