En finir avec l’État Providence

Le partage est disponible

J’entendais récemment que chacun d’entre nous devait pouvoir aussi se remettre en question au niveau individuel sans toujours vouloir trouver un bouc émissaire, notamment le gouvernement.

Cette réflexion n’est pas fausse mais il faut développer.

La remise en question primordiale à faire à mon sens est que la plupart de nos concitoyens autochtones (plus ou moins selon les individus) sont heureux d’avoir un « État Providence », un état qui pense à tout, qui pense pour nous, pour vous. Un état qui materne et prend en charge tous nos soucis, le chômage, la maladie, la retraite, l’école des enfants. Des choses qui devraient être placées sous la responsabilité de chacun.

La plupart des gens que je connais me disaient encore il n’y a pas longtemps qu’ils préféraient encore payer beaucoup d’impôts plutôt que de renoncer au système social que le monde entier nous envie.

 

Le monde Humaniste que l’on nous vante à toutes les sauces qui soit-disant élève l’Homme fait en réalité le contraire en l’asservissant toujours davantage à un état tout puissant. Un état constructiviste, qui s’occupe de tout, de votre vie à tous les niveaux.

Quand on fait alliance avec le diable pour recevoir de lui, cela se paye cher. Il demande tout, notre argent, notre liberté, notre pensée, notre parole, notre âme s’il pouvait.

 

Dans ce monde Socialiste, Humaniste et déshumanisant, au lieu d’être assistés, je propose au contraire d’être libre. La liberté est inséparable de la responsabilité. Certes, il est plus dur de se prendre en charge mais on est plus libre et surtout plus efficace car nul n’est mieux servi que par lui-même.

 

L’Histoire récente nous montre que toute société socialiste (comme l’est la société française depuis au moins 50 ans) est vouée immanquablement à la pauvreté et la faillite pour la simple et bonne raison qu’un état n’est pas capable de tout gérer.

J’entends que l’État veut nationaliser (car nous sommes en guerre dit Macron) mais je n’entends personne dire que l’État n’est même pas capable de gérer le système de santé.

 

L’hégémonie culturelle de gauche est le fruit d’un long combat d’idées initié par Gramsci notamment et la gauche à gagné ce combat. Il faut inverser la vapeur et pour livrer ce combat et le gagner, il nous faut d’abord être convaincus de certaines choses et en accepter les conséquences, je m’explique :  Si les choses rentrent dans la normalité, le système mettra tous les moyens pour nous illusionner et nous faire croire que des mesures seront prises pour ne plus endurer pareille crise. Il nous parlera d’une autre Europe plus forte et que sais-je encore mais il nous faudra refuser tout en bloc. Ce qu’il nous faut, c’est un état minimum qui ne s’occupe que des choses régaliennes à savoir, prodiguer au peuple les choses essentielles et seulement celles-là : LIBERTÉ, PROPRIÉTÉ et SÉCURITÉ.

– Garantir la liberté de choisir pour soi-même et les siens : école, assurance, retraite, santé, travail, la liberté de parole, etc…

– Garantir la propriété privée et le maintien de cette propriété au travers des héritages notamment sans subir cette spoliation du fruit du travail de génération en génération.

– Garantir la sécurité individuelle en punissant et écartant systématiquement le mal. Cela implique beaucoup de choses comme par exemple le droit à la légitime défense.

 

C’est la révolution que j’appelle de mes vœux. Elle est copernicienne car elle remet tout en question. Au lieu d’un gouvernement qui s’occupe de tout, il y a en réalité plusieurs gouvernements (ou institutions) car le gouvernement tentaculaire qui nous tyrannise a réussi à nous faire oublier qu’il a pris la place des tous les autres :

 

– gouvernement de la famille

– gouvernement de l’Eglise

– gouvernement de l’Ecole

– gouvernement de l’entreprise (ou du travail)

– gouvernement des associations ou des œuvres

– et seulement alors le gouvernement de l’Etat (régalien seulement)

 

Chaque homme pour sa part et tout au long de sa vie évoluant dans ces différents gouvernements et y prenant des parts différentes selon son âge et ses capacités. Ces gouvernements sont au plus proche de l’être humain et donc les plus efficaces. Cette structure responsabilise l’être humain et lui apprend dès son plus jeune âge le respect, la soumission et l’autorité.

Cette organisation va dans le sens de la séparation des pouvoirs. Car le pouvoir corrompt et le pouvoir absolu corrompt absolument. En d’autres termes, plus l’état outrepasse sa mission, plus le peuple est asservi.

La question est : sommes-nous prêts pour être libres de nous passer de cet état nounou ? Il est impossible de vaincre le système en place si nous voulons encore en dépendre.

 

ATHANASE – VPF / Alpes Maritimes

Comments: 26

Laisser un commentaire