Démocratie oblige…

Le partage est disponible

Les français sont gens étonnants. Leur plus grand besoin, c’est la liberté, la démocratie, ils sont prêts à se battre pour la liberté, nombreux furent ceux qui y laissèrent leur vie, voire un œil ou une main pour les moins atteints.

Mais en même temps, les français chérissent par dessus tout l’État, ils aiment et en redemandent, au fond, ils attendent tout de l’État, cet État nounou qui va satisfaire leurs moindres besoins. Qui a dit « tout pour l’État, tout par l’État, rien sans L’État » ?

Un certain personnage de l’autre côté des Alpes, et qui n’a pas très bien fini d’ailleurs, mais qui a laissé une arme incroyable aux gauchistes… Pour revenir à notre liberté chérie, il est curieux de constater que sitôt le bien précieux retrouvé, il est systématiquement offert à des hordes de politicards, qui vont s’empresser de le dilapider et de le transformer pour abattre ceux qui l’ont si durement arraché. « La démocratie est le pire des systèmes … etc. » comme disait l’autre. Ce qu’il y a de certain, c’est que c’est probablement le plus pervers, il suffit du reste de voir avec quelle insistance la propagande en est faite, avec quel enthousiasme des puissants veulent à tout prix l’instaurer dans des pays qui ne l’ont jamais demandée, pire encore, qui n’en veulent surtout pas.

En théorie, c’est bien, en réalité, ça ne marche jamais, en tous les cas, jamais bien longtemps, tout simplement parce que les choses dégénèrent très rapidement. La plus grande arnaque a été « la démocratie représentative » ! Une arnaque aussi énorme que « les musulmans modérés » ! Dans un cas comme dans l’autre, les deux mots sont antinomiques. L’escroquerie de la démocratie représentative relève du fait que le nommé ne représente en réalité que lui-même et ses propres intérêts, à la rigueur, ceux du parti auquel il appartient.

Car, une arnaque de plus dans l’arnaque, c’est que le candidat à la représentativité ne peut venir que d’un parti politique ! Incroyable ! Au fond, le peuple souverain, ce brave peuple qui s’en va porter sa petite enveloppe de temps en temps, n’est vraiment souverain que dans l’espace temps où il introduit le papier dans la boîte et le moment où ledit tombe au fond, soit quelques centièmes de seconde. Croire que l’on décide avec ça… Pourquoi les dirigeants imposent la démocratie représentative ? Fort simple en vérité, il suffit de mettre en vente le produit adéquat (en clair, des gens à leur solde), des bombardés en général qui n’ont rien à faire ni ne connaissent strictement rien de la région qu’ils sont censés représenter, et le tour est joué.

En réalité, les français ne votent pas, il « élisent »… Mais comme ils ont l’impression qu’ils décident quelque chose, le système fonctionne très bien sur sa lancée, et le pire est peut-être que tous ces pauvres inconscients qui, au mieux, « votent utile », donc, pas forcément  en accord avec leurs convictions, ou pire encore, ceux qui « votent pour le moins pire »… Là c’est du délire, certains en arrivent à adouber ceux qui veulent leur nuire ! La moindre des choses serait quand même de ne pas soutenir ce qu’on estime mauvais, et quand il n’y a pas ce que l’on veut, on n’achète pas, c’est tout !

Et bien non, pour certains français, on achète quand même, même le pire… Le système politique adopté s’appelle « république ». C’est un système parmi d’autres, avec ses avantages et ses inconvénients. En tant que tel, il n’a pas de « valeurs », contrairement à ce que l’on nous serine, il n’a que des consignes. La valeur, c’est de l’usage que l’on fait – ou pas, de ces consignes, qui, normalement, devraient être orientées vers le bien commun, ce qui n’est pas le cas. L’État est une entité fictive composée de quelques milliers de personnes (bien réelles), et de pratiquement six millions de fonctionnaires qui le servent, alors, forcément, les déçus sont nombreux.

La république est un système qui a plus de deux mille ans, il serait peut-être temps de passer à autre chose. Mettre en place un système qui ne s’occupe que des choses de la cité, non pas de broutilles qui empoisonnent le quotidien de chacun, mais un système indépendant des partis, qui se limite aux fonctions régaliennes, un système qui permette d’écarter radicalement et au plus vite, ceux qui nuisent au lieu de servir et ce, sans attendre une hypothétique échéance. Et là sera notre vraie liberté…

Roger FER

Comments: 12

Laisser un commentaire