Courrier à Madame Juliette Méhadel*

Le partage est disponible

Madame, j’ai été absolument horrifié par votre attitude extrêmement partisane, pour ne pas dire sectaire, à l’émission « Les Terriens du Dimanche » de M. Thierry Ardisson à propos du point de vue à propos du concept de « Grand Remplacement » que vous qualifiez de « fumeux »…

Madame, tous les sociologues s’accordent à dire que le plafond à ne pas dépasser pour un « vivre ensemble » harmonieux, dans un contexte d’une tendance à la « communautarisation » (hors intégration réussie), est de 20%; en Seine Saint Denis on atteint 42% de musulmans ! Vous pouvez vérifier. Il serait opportun par ailleurs que vous effectuiez les recherches statistiques analogues sur les zones, dites de non-droit; mais vous aurez peut-être du mal à le faire car en France on a une fâcheuse habitude de casser le thermomètre pour éviter de prendre acte de la température; ce qui permet, soit-dit en passant de mettre à la poubelle des concepts qui gênent dans le déploiement d’une idéologie bien-pensante, mais qui présentent malheureusement des caractères bien concrets pour ce qui reste de la majorité de la population française.  

Je m’explique : l’application de la charia, avec ses codes de conduite et de droit fort nauséabonds et moyenâgeux, tout particulièrement pour les femmes, tend à s’appliquer de facto sur ces territoires, exclus de l’application intégrale des lois de la République (j’ai pu à titre personnel le constater…). Et puisque vous croyez que ces populations à l’islamisation radicale (bénéficiant peu ou prou du soutien de pays, bien vus en France, comme l’Arabie Saoudite et le Qatar) peuvent être intégrées en acceptant de se soumettre à nos lois démocratiques et républicaines, demander leurs OFFICIELLEMENT de renoncer à l’application de la charia en France et en Europe.

Madame, un peu plus de respect et de considération pour ceux qui ne pensent pas comme vous m’obligerait; et un peu plus de modération dans le ton péremptoire, que vous employez, contribuerait certainement à améliorer la cohésion de notre Nation, dont nous avons bien besoin actuellement à la prise de conscience des très grands dangers qui menacent notre pays.

Un homme de l’Ancien Monde, mais qui s’en honore

Patrick Verro

* (Enarque, avocate, ex porte-parole du Parti socialiste français, ex-Secrétaire d’Etat chargée de l’Aide aux victimes de février 2016 à mai 2017)

Comments: 8

Laisser un commentaire