Courrier à la Présidence

Le partage est disponible

Courrier du Colonel AMIOT, responsable VPF Franche Comté – à la présidence de la République, au premier ministre et au ministre de la santé.


Je suis très en colère et j’en explique les raisons.

Comme pour les ordures ménagères les hôpitaux sont obligés de faire un tri sélectif : d’un côté ceux qu’ils vont soigner du Coronavirus, de l’autre ceux qu’ils vont laisser mourir. Ils ont en effet de moins en moins les moyens de prendre en compte la totalité des malades.

Cette situation est due à votre incompétence et à votre inconséquence. Vous en êtes responsables et vous êtes coupables. Vous avez en effet laissé notre système de santé se dégrader gravement : moins d’hôpitaux, de lits, de respirateurs ; pas de masques, de tests, de gants, de gel…Il en résulte une gestion calamiteuse de la crise.

De plus, bien qu’informés dès mi-janvier par Mme BUZIN de la gravité de l’épidémie qui allait nous atteindre, vous n’avez pris aucune décision, aucune précaution, pendant pratiquement deux mois.

Par ailleurs vous faites tout pour bloquer la fabrication et l’utilisation de la Chloroquine qui, associée à un antibiotique, est actuellement le seul traitement permettant de guérir rapidement des malades. Pourtant ce médicament était en utilisation libre depuis des décennies et jusqu’au mois de janvier. Que cache ce blocage récent ?

Les médecins généralistes qui, avec quelques consignes, en auraient la compétence ne peuvent donc pas soigner leurs patients.

De ces deux faits indéniables (tri sélectif dans les hôpitaux et interdiction aux médecins généralistes de prescrire la Chloroquine) il résulte que de nombreux Français âgés vont se retrouver à la morgue, alors qu’ils auraient pu être soignés. Pour les « élites », par contre, il y a toujours une solution.

 Si vous ne prenez pas rapidement d’autres dispositions vous allez avoir de nombreux morts sur la conscience. C’est inadmissible et cela ne pourra pas être accepté.

Je vous prie d’agréer mes salutations.

Comments: 52

Laisser un commentaire