Colère serbe

Le partage est disponible

Au lendemain des cérémonies du centenaire de l’Armistice de 1918 à Paris, le 11 novembre dernier, les Serbes estiment que leur président et leur pays ont été humiliés. En effet, le président serbe Aleksandar Vucic avait été placé dans une tribune annexe, alors que, Hashim Thaçi, président de la république musulmane autoproclamée du Kosovo était, lui, aux côtés d’Emmanuel Macron, de Vladimir Poutine, d’Angela Merkel ou encore de Donald Trump.

La maladresse, si c’en est une, semble aux Serbes d’autant plus humiliante que Belgrade ne reconnaît pas l’indépendance du Kosovo, son ancienne province – et cœur historique de la Serbie – majoritairement peuplée d’Albanais.

Vladimir Djukanovic a jugé qu’il n’y avait « aucune chance qu’il se fût agi d’une erreur ». « En conséquence, il y a une intention de l’hôte d’humilier ou d’élever quelqu’un », écrit-il, faisant allusion à Hashim Thaçi.

« Macron et son protocole ont intentionnellement humilié la Serbie, c’est quelque chose dont il convient de se souvenir », écrit Vladimir Djukanovic.

Rappelons que la Serbie a toujours été une alliée fidèle de la France (l’armée serbe a été équipée et entraînée par l’armée Française à partir de 1916) et a perdu près de 450 000 soldats et 800 000 civils lors du conflit, soit près d’un tiers de sa population.

Les Volontaires Pour la France s’associent à l’amertume du peuple serbe et lui font part de leur sincère sympathie.

 

Comments: 13

Laisser un commentaire