Chaude rentrée outre Atlantique…

Le partage est disponible

Pour ceux qui vivent en Amérique du nord et sont un tant soit peu observateurs et dotés d’esprit critique, ils savent que le dernier trimestre de l’année 2020 sera terrible sur ce continent. Il aura de graves répercussions dans le monde entier et les dégâts collatéraux seront nombreux tant au Canada qu’en Europe. C’est le principe même des dominos voulu par les mondialistes.

Aux Etats-Unis en premier lieu

La convention démocrate (Parti gauche) et la convention républicaine (Parti conservateur) viennent de se terminer. Elles ont montré une fracture importante de l’Amérique avec deux visions radicalement opposées du pays et des valeurs défendues. Le premier (démocrate) prêchant l’empathie, la destitution de l’ordre établi, le multiculturalisme radical et le retour à l’ancien establishment politique. Le second a joué sur le sentiment patriote, le respect de la famille, le retour des entreprises sur le sol américain et la défense du pays contre les prédateurs extérieurs et intérieurs. Mais le plus choquant, pour nous Européens, fut de ressentir la force des propos haineux, démagogiques enrobés de mensonges balancés par les deux partis. Ne nous trompons pas, le quarteron de larrons américains démocrates à savoir : Obama bis, Clinton et Biden a pour but non pas « d’amener la lumière » au-dessus de l’Amérique mais tout simplement de reprendre une revanche sur l’actuel Président des Etats-Unis. Vexés par leur défaite en 2016, ils le détestent. Ils sont envieux et jaloux. Ils portent en eux de vrais péchés capitaux. On voyait même de la méchanceté dans leurs yeux. Pour des personnes qui prêchent l’empathie, c’est assez surprenant.

D. Trump, pour sa part, égal à lui-même et à ses méthodes de communication, reste toujours imprévisible pour la plupart des Européens.

Durant ces soixante-dix jours qui vont suivre, la bataille sera rude, désagréable, méchante mais passionnante. Une bataille d’égos … peut être même au détriment du pays.

En novembre prochain, le coup de tonnerre sera terrible. Mais peu importe le vainqueur, le mal est déjà fait. Le ver est dans le fruit et on le sent déjà remuer. Une nouvelle Amérique apparaîtra, haineuse et revancharde, ou patriote et déterminée, bien décidée à en découdre avec ceux d’en face. Ne riez pas car nous paierons tous, dans le monde entier, notre soumission aux « perroquets médiatiques nationaux » et notre absence d’esprit critique. Et ce n’est pas l’Europe en pleine déconfiture (immigration sauvage et illégale, danger Ottoman, djihadisme au Sahel, ensauvagement, économie en péril, manipulations gouvernementales…) qui remontera le pavillon de la sécurité.

L’Europe sera d’ailleurs bien seule car l’Amérique ne viendra pas à son secours. Elle en aura, ni les moyens ni l’envie.

Alors, soyez bien armés psychologiquement et moralement pour vous défendre !

Au Canada ensuite : le premier fusible du gouvernement Trudeau a sauté. Le ministre des finances Bill Morneau a démissionné comme je vous l’avais prédit sur le VPF du début août. Viendra ensuite la rentrée parlementaire de septembre et d’octobre qui apportera son lot de déstabilisation au plus haut niveau du gouvernement. « Les affaires » ne sont pas finies.

Le parti conservateur, quant à lui, vient de nommer son chef qui dirigera l’opposition pour les élections nationales de 2022. Là aussi, la bataille promet d’être rude.

Au Québec pour finir : la belle province n’est pas à la fête avec une rentrée des classes difficile et critiquée pour les dispositions mises en place avec le Covid 19. Par ailleurs, la démission déjà entérinée de plus de 800 infirmières dans le seul secteur de Montréal pour ne pas avoir été écoutées et soutenues pendant la pandémie, fragilise le service public de santé. A cela s’ajouteront les milliers d’emplois détruits avec le chômage pour tout horizon.

Le Québec comme le Canada subiront de plein fouet les avatars de l’élection américaine car plus de 70% de leur économie franchissent les frontières avec les Etats-Unis.

Que doit-on penser de tout cela ? Faut-il être pessimiste ? Faut-il croire à la renaissance ?

La seule vérité de ce jour est que nos illustres politiciens, bardés de diplômes et de savoir-faire mais démagogues et menteurs, nos experts et consultants de tout poils ivres de gloire devant le petit écran et nos légions d’ignorants scellés dans leur certitude, ne sauveront pas ce trimestre à venir.

90 jours qui ébranleront l’Occident.

Alors transformons-nous en huard, ce canard mythique et protégé qui chantent sur tous les lacs du Québec car il nous faudra bien des plumes pour laisser couler sur notre dos les malheurs qui s’en viennent sans qu’ils nous fassent trop de mal. Heureusement, le huard sait plonger pour ressortir de l’eau encore plus fier et déterminé à mener sa vie.

Essayons de faire comme lui plutôt que de boire la tasse. Rendez-vous en novembre !

Patrice Sautereau du Part

Correspondant Québec – Canada

Comments: 16

Laisser un commentaire