Célébration du Centenaire de la loi du 10 juillet 1920

Le partage est disponible

 – Célébration du Centenaire de la loi du 10 juillet 1920 –

 

Célébrons ensemble le 10 juillet le centenaire de la loi instaurant la fête nationale de Jeanne d’Arc et du patriotisme adoptée à l’unanimité par les deux chambres de l’époque sur proposition du député et écrivain Maurice Barres, quelques semaines après la canonisation de Jeanne.

 

Cette fête patriotique célébrée chaque année le deuxième dimanche du mois de mai et le centenaire de la canonisation de Jeanne la proclamant sainte patronne secondaire de la France par le pape Pie XI en 1922 confirment cette place exceptionnelle qu’elle occupe dans notre histoire et dans le cœur des Français. Ces célébrations n’ont malheureusement pas pu se tenir en raison de la crise sanitaire que vient de traverser notre pays.

 

Dans une France ou les forces de division sont plus agissantes que jamais, cette loi du 10 juillet 1920 marque le souvenir de l’unanimité politique qui a suivi la victoire et la fin de la Grande Guerre, de la réconciliation de l’autorité politique et de l’Eglise autour de Jeanne d’Arc, de la dévotion populaire pour la sainte nationale.

Parce que Jeanne d’Arc représente encore aujourd’hui le symbole du pouvoir de la foi qui conduit à la victoire, nous voulons commémorer ce 10 juillet devant la basilique Sainte Jeanne d’Arc de Paris, dans le quartier de la Chapelle du 18ème arrondissement.

 

Ce quartier de la Chapelle, à deux pas de la Goutte d’or, qui rappelle ses origines chrétiennes, situé sur l’axe routier Paris Saint Denis, est aujourd’hui ce qu’il est convenu d’appeler un territoire perdu de la République, une zone de non-droit, un lieu ou sévissent migrants, vendeurs à la sauvette, harcèlements de rue et discriminations faites aux femmes. L’actualité récente est éloquente à ce sujet.

 

Jeanne d’Arc, femme et sainte, relaie dans notre conscience nationale et collective, l’idée de résistance à l’iniquité et le fait que rien n’est impossible. Elle doit être un exemple pour tous les Français ainsi que pour tous ceux qui prétendent vouloir vivre en France. Elle rappelle enfin que son héroïsme a permis de résister à l’invasion, de chasser l’étranger et de restaurer l’autorité pleine et entière de L’État dans des frontières sûres et reconnues.

Alors, soyons ses dignes héritiers. Le temps est venu de nous engager résolument dans cette tâche immense mais noble car légitime qui nous revient pour réveiller les consciences et provoquer un sursaut national. Le temps est venu de rallumer la flamme de l’espérance.

 

Le Secrétariat Général des VPF

Comments: 12

Laisser un commentaire